MFR du Ribéracois
L'alternance
Dans les Maisons Familiales Rurales, la mise en œuvre de la pédagogie de l’alternance se réalise dans les conditions précisées ci-dessous :

Une équipe de formateurs qualifiés…
Les formateurs des Maisons Familiales Rurales sont des professionnels de l’alternance. En effet, ils bénéficient d’une formation pédagogique, initiale et continue, spécifique. L’organisation par équipe pédagogique responsable d’une formation est la règle. Ceci permet en particulier, grâce à une réunion d’équipe par quinzaine,
• d’organiser en commun les activités,
• de suivre les activités des jeunes dans leur milieu professionnel et social,
• de favoriser les interventions de personnes extérieures et la réalisation de visites d’étude. Les modalités de la formation sont variées,
• d’accompagner le projet professionnel de chaque jeune.

… qui associe les familles.
En inscrivant leur jeune, les parents adhèrent à l’association de la MFR. Elle est indispensable au bon fonctionnement de l’alternance. L’association :
• assure la responsabilité de la MFR
• anime le réseau de parents et de maîtres de stage,
• situe son action dans un projet de développement du milieu. L’équipe pédagogique associe les familles à la formation :
• en les rencontrant avant le démarrage de la formation,
• en organisant au moins trois réunions de parents dans l’année,
• en privilégiant l’emploi du carnet de liaison, véritable lien écrit entre la famille et la Maison Familiale Rurale,
• en associant les parents à la formation par le plan d’étude par exemple.

Un plan de formation plus qu’un programme
L’alternance doit être organisée. Le plan de formation constitue la trame de cette organisation. Fruit d’un travail associant parents, maîtres de stage et moniteurs, il comprend :
• l’énoncé de finalités. L’association formule alors des projets pour ses jeunes : formation technique et insertion professionnelle, mais aussi formation humaine et développement de l’autonomie,
• un déroulement progressif d’activités de formation incluant des périodes dans le milieu socio-professionnel et des temps de formation à la Maison Familiales Rurale ou à l’Institut,
• le positionnement de ces activités de formation dans les modules ou matières dans le respect du programme des diplômes ou titres préparés.

Une pédagogique adaptée
L’équipe pédagogique accompagne chaque jeune lors des périodes de formations en milieu socio-professionnel.

Une préparation spécifique
L’équipe clarifie et précise les capacités à atteindre en milieu socio-professionnel. Avec les jeunes, elle élabore, pour chaque alternance, un outil de questionnement, d’observation et d’investigation : plan d’étude – grille d’enquête ou de recherche.

Une valorisation de l’expérience
Elle valorise les acquis du jeune lors du retour à la MFR par :
• la mise en commun, véritable moyen d’échange entre les jeunes et expression de leur savoir,
• l’organisation des acquisitions de connaissance à partir du concret. La succession de cours magistraux s’en trouve proscrite,
• l’aide à des synthèses, des recherches complémentaires,
• la mise en œuvre de formes spécifiques d’évaluation qui valorisent l’expérience du jeune et lui permettent d’affiner son projet. Certains acquis sont validés en situation réelle : lorsqu’il s’agit de savoir-faire, l’évaluation se déroule en entreprise. Des parents et des professionnels participent aux évaluations qui les concernent.

Un suivi personnalisé
L’équipe pédagogique :
• organise la relation avec les partenaires de la formation. L’outil utilisé est le carnet de liaison rempli par le jeune, complété et suivi par les parents, les moniteurs et les maîtres de stage,
• s’engage à visiter systématiquement les maîtres de stage et les familles (le contact téléphonique ne suffit pas) et à mettre en œuvre tout moyen pour les associer à la définition des formations, aux activités de formation et d’évaluation.

Engagement du jeune
Motivé par un système alliant activités de formation et engagement en milieu socio-professionnel, le jeune :
• s’engage dans une démarche personnelle de formation :
- il s’implique, observe, note, réalise les plans d’étude,
- il respecte la convention de formation,
- il est rigoureux dans son travail d’alternance (respect des délais, qualité),
• s’intègre dans un parcours d’alternance (régularité dans le travail, intérêt pour une activité professionnelle, participation à une équipe de travail…),
• accepte les règles de la vie en groupe et en centre résidentiel.

Engagement de sa famille
La famille assume sa responsabilité en matière de formation et d’éducation :
• Elle accompagne la formation du jeune :
- participe à la recherche du stage,
- s’engage activement dans les études d’alternance (réponse aux questions, suivi du travail…),
- s’intéresse aux activités du jeune et soutient ses efforts.
• Elle participe à la vie de l’association, notamment aux réunions de parents.
• Elle établit des relations avec les formateurs et les maîtres de stage pour un dialogue constructif.

Engagement de l’entreprise
Pour un maître de stage, contribuer à la formation du jeune nécessite :

Accueillir un jeune
• lui faire découvrir son entreprise,
• s’intéresser à son travail et à ses activités scolaires,
• rencontrer ou accueillir les parents du jeune.

Former dans l’entreprise

• prendre le temps de répondre à ses questions, l’aider à réaliser son plan d’étude,
• favoriser le sens de l’observation, du travail bien fait,
• transmette les savoir-faire de l’entreprise,
• remplir et signer le carnet de liaison.

Etre partenaire de la MFR
• connaître les orientations et les grandes lignes de la formation,
• participer aux activités organisées par la MFR (réunions – activités de formation – évaluation),
• être en dialogue constructif avec les formateurs.

Le maître de stage ou le tuteur est un formateur à part entière : il fait bénéficier le jeune de son expérience professionnelle et sociale. Cet engagement est matérialisé par la convention de formation.

I) Quatre acteurs à mobiliser
Le jeune : adolescent ou jeune adulte, à l’aide de son projet et de sa motivation, il s’engage dans une formation.
Sa famille : responsable de l’éducation du jeune, elle partage son projet et s’engage dans le suivi de sa formation.
L’entreprise : sa finalité reste économique, mais futur lieu d’insertion et détentrice de savoirs et savoir-faire, la Maison Familiale et Rurale l’associe comme partenaire de ses formations.
L’équipe : sous la responsabilité de l’association qui définit un projet éducatif, elle s’engage et mobilise le jeune, la famille et l’entreprise pour la REUSSITE du jeune.

II) Conditions générales de mise en œuvre
Les Maisons Familiales Rurales affirment quatre principes fondamentaux de l’alternance :

Entreprendre pour apprendre
Il y a primauté de l’expérience du jeune en milieu professionnel. Au retour à la Maison Familiales et Rurale, cette expérience est valorisée et constitue la base de la formation.

Un rythme approprié
La durée de la formation en entreprise est au moins égale à la durée de la formation en Maison Familiale ou en Institut Rural. Une alternance de qualité nécessite un nombre suffisant d’aller et retour « école-entreprise ».

Des relations de qualité
La qualité de la formation tient à la qualité de la relation  qui s’établit entre les acteurs. L’équipe optimise les relations. Elle met en mouvement les partenaires de la formation.

Une vie de groupe intense
Les Maisons Familiales Rurales privilégient un fonctionnement en groupe de vie : internat de qualité enrichi d’activités extra-scolaires et d’animations favorisant le développement de l’autonomie.

III) La charte de qualité de l’alternance
Ni une recette, ni un cadre rigide, elle précise les conditions de réussite d’une formation par alternance. Elle se veut générale. La nécessaire adaptation du déroulement de l’alternance selon l’âge des jeunes, les niveaux de formation ou les secteurs professionnels concernés, est matérialisée par la convention de formation.